Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

26.05.2011

20h00
opderschmelz


« Jack DeJohnette is one of the most important musicians in the last 40 years of jazz » New York Times Il est peu risqué d’affirmer que Jack DeJohnette est, avec Roy Haynes, l’un des plus importants batteurs de jazz modernes en activité. Sa formation initiale et son expérience de pianiste, à l’évidence, permettent d’expliquer à la fois son intelligence générale du jeu collectif, en trio notamment, la dimension mélodique de son jeu de batterie et son inspiration de compositeur. La notoriété actuelle de ce batteur et pianiste passe par la participation à des groupes prestigieux (de Miles Davis vers 1970 au trio de Keith Jarrett aujourd’hui), mais elle ne peut faire oublier la variété et la richesse de sa carrière de sideman autant que son activité de leader. En tant que leader et compositeur, DeJohnette s’appuie sur la diversité de ses expériences et l’éclectisme de ses orientations stylistiques (jazz, rythmes latins, rock, musiques traditionnelles), y ajoutant des résonances très personnelles. Mais c’est sans doute, paradoxalement, dans la conception mélodique de son jeu de batterie que s’exerce et s’épanouit pleinement sa maîtrise pianistique. La carrière de Jack DeJohnette démarre sur les chapeaux de roues au début des années 1960, quand il remplace un soir Elvin Jones auprès de John Coltrane. Venu s’installer à New York à partir du milieu des années 1960, il est engagé d’abord par l’organiste John Patton, puis Jackie McLean ou encore le très populaire Charles Lloyd. Les engagements et les collaborations se multiplient dès lors : Betty Carter, Abbey Lincoln, Stan Getz, des remplacements auprès de Coltrane ou Thelonious Monk. Durant la seconde moitié de 1968, il est aux côtés d’Eddie Gomez dans le trio du pianiste Bill Evans pour plusieurs apparitions publiques ainsi qu’une tournée en Europe. Son engagement avec Miles Davis débute dès l’été 1969 et se poursuivra jusqu’au milieu de 1971 (« Bitches Brew », concert de l’île de Wight e.a.) La présence de Jack DeJohnette s’étend sur scène comme en studio, et des leaders tels que Georges Benson, Joe Henderson, Pat Metheny, McCoy Tyner, Keith Jarrett ou Chick Corea s’ajoutent à la liste de ses partenaires. D’une association avec John Abercrombie et Dave Holland naîtra le trio Gateway, plusieurs fois reformé. Special Edition (1979) comprendra les saxophonistes David Murray et Arthur Blythe. Parmi tous les projets mis sur pied au milieu des années 1980, le plus durable est incontestablement le trio de Keith Jarrett avec Gary Peacock. Il participe au groupe de Pat Metheny et Ornette Coleman, et en 1990, « Parallel Realities » l’associe à Pat Metheny et Herbie Hancock, Dave Holland complétant la formule sur scène. C’est en compagnie de Dave Holland que sont nés à la même période des trios avec Steve Coleman ou encore Dave Liebman. Entre beaucoup d’autres activités et tournées mondiales avec Keith Jarrett, il est également le batteur du trio de Bruce Hornsby. DeJohnette se place volontiers dans le prolongement simultané de Tony Williams (chez Miles Davis) pour la précision, et d’Elvin Jones (avec Coltrane) pour la décontraction. La recherche de liberté qui caractérise le jeu de Jack DeJohnette n’est pas étrangère à son intégration d’éléments essentiels du free jazz depuis les années 1960. Elle passe chez lui par une rigueur et une exactitude qui aboutissent à la maîtrise totale de la pulsation et du tempo. Cet art de la prise de risque calculé est porté à incandescence au sein du trio de Keith Jarrett, groupe littéralement animé par le dialogue entre pianiste et batteur. Rudresh Mahanthappa est l'un des jeunes musiciens et compositeurs les plus innovants dans le jazz aujourd'hui, mondialement reconnu pour ses nombreux concerts à travers le monde. Nommé étoile montante du saxophone alto par les critiques de Downbeat ces deux dernières années, Rudresh fait se rencontrer la culture de ses racines indiennes avec une multitude d'influences pour créer une vision artistique sans précédent. Il affiche un son d’alto rugueux, terrien, très proche des inflexions de la voix humaine (glissandi et utilisation des quarts de ton), manifestement influencé par les innovations rythmiques d’un Steve Coleman et le lyrisme exacerbé d’un John Coltrane. Il est à la tête de plusieurs formations saluées par la critique. Son disque Codebook (PiRecordings) a été nommé parmi les meilleurs disques de 2006 par le Village Voice, Jazztimes ou Jazzman en France. Il a également accompagné David Murray, Steve Coleman, Jack DeJohnette, Vijay Iyer ou Greg Osby. Comme compositeur, Rudresh a reçu des bourses de la Fondation Rockefeller et du Conseil de l'État de New York pour l'Art. Il est diplômé de l'École de Musique de Berkeley et titulaire d’une maîtrise en composition jazz à l'Université DePaul de Chicago. Il enseigne actuellement à la La New School University. George Colligan est pianiste de jazz et organiste, compositeur, accessoirement batteur, joueur de trompette et éducateur, basé à New York. En tant que pianiste de jazz, il fait partie de ces musiciens-cultes qui font partie des secrets jalousement gardés de la scène. Comme sideman, Colligan a travaillé avec Billy Higgins, Gary Bartz, Lee Konitz, Richard Bona, Cassandra Wilson, Christian McBride chrétien, Don Byron, Benny Golson, Lonnie Plexico e.a. Il a 17 propres albums à son actif. Le répertoire et le style de Colligan sont extrêmement éclectiques, il incorpore des airs d'exposition, l'improvisation libre et la musique classique moderne. Le guitariste, compositeur et arrangeur américain David Fiucynski joue des styles très variés qui se référent tant au jazz qu’au rock, au funk et aux musiques orientales. Son utilisation personnelle du vibrato ainsi que de guitares fretless le rapprochent des inflexions typiques d'instruments plus orientaux tels que le sitar ou l'oud. Sa carrière est lancée en 1994 avec la sortie de l'album Lunar Crush, fruit de sa collaboration avec John Medeski, claviériste du célèbre trio Medeski, Martin and Wood. Il acquiert une renommée certaine avec son groupe Screaming Headless Torsos, à partir de 1995, orienté funk-rock et à consonance jazz. De nombreuses collaborations s'ensuivent, notamment avec Me'shell Ndegeocello, Hasidic New Wave, Hiromi Uehara, et Billy Hart. Fiuczynski a également sorti plusieurs albums solos. Il apparaît sur plus de cent albums aux côtés notamment de George Russell, Bob Moses ou Jack Walrath. S’il revendique les influences de John McLauglin, Steve Vai, Allan Holdsworth, James Blood Ulmer ou Jimi Hendrix, il se dit aussi proche d’Hindemith, comme de Nina Hagen. L’esprit du punk hante les lignes mélodiques torturées de ce remarquable virtuose. Jerome Harris a une solide réputation de bassiste et de guitariste basée sur ses performances sur pas moins de cinquante enregistrements et concerts avec les plus grands noms du jazz contemporain. De 1988 à 1994 il a été le guitariste de Sonny Rollins. Il a collaboré par ailleurs avec Jack DeJohnette, Bill Frisell, Ray Anderson, Don Byron, Bobby Previte, Oliver Lake, Amina Claudine Myers, Bob Stewart, George Russell, Julius Hemphill, and Bob Moses.