Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

26.10.2010

20h00
opderschmelz


Quartette vivace de la banlieue lisboète, Deolinda joue le fado du XXIe siècle avec une énergie débordante. L’aventure du groupe naît en banlieue, residence du groupe, territoire irrigué par Lisbonne, capitale culturelle bouillonnant entre passéisme et modernité. Tout en voulant faire perdurer la tradition des grandes chansons portugaises, il cherche à faire évoluer le genre, en cherchant d’autres rythmes, d’autres couleurs. Le fado de Deolinda se danse et respire la joie, il est métissé, emprunte des sonorités à la musique hawaïenne, au jazz et à la musique pop. Tout en respectant certains codes, Deolinda va voir ailleurs et hors des sentiers battus. Autour de la belle voix profonde de la pétulante chanteuse Ana Bacalhau, le groupe bouscule les codes avec un humour décapant, parfois surréaliste, et une légèreté aérienne. L’art de ce jeune groupe dépoussière le quotidien avec humour, tendresse et panache, il s’acoquine de samba, de ranchera mexicaine, et raconte des histoires décapantes puisant avec espièglerie dans la tradition portugaise et les sornettes de quartier. Une idée originale préside à la création de l’univers du quartette, un microcosme où évolue un personnage de fiction. C’est Deolinda, la quarantaine, célibataire, qui habite la banlieue lisboète, possède deux chats, un poisson rouge. Tous les jours elle épie, derrière ses rideaux de dentelles, l’existence de ses voisins. En bande-son de cette histoire-cadre : des disques de fado légués par sa grand-mère. Ce caractère coloré, inventé de toutes pièces, est incarné musicalement par Ana Bacalhau. Du Portugal, en règle générale, le monde ne connaît que le fado, mais la réalité portugaise d’aujourd’hui révèle la pluralité d’un pays qui s’installe aussi à l’échelle planétaire. Dans le verbe gouailleur de Deolinda, truffé de trouvailles sonores et d’imprévus poétiques, dans la musique qui se joue des clichés comme d’elle-même, dans l’autodérision virtuose du brillant album concept du groupe, défilent des drôles de personnages : un macho malabar, un merle siffleur de fado, un joueur de tuba, des poissons rieurs. Les chansons de Deolinda trémoussent dans une philosophie du quotidien tissée de grandes epopees et de petits rien. Fi du destin, de la transcendance et des amours déçus – à la suite de Madredeus, Deolinda saute à pieds joints dans la tradition pour en découdre avec les convenances, projette le fado en technicolor, relègue les guitares portugaises au placard et invite le public à danser sur les tables. Photo by Rita Carmo