Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

23.10.2014

20h00
opderschmelz - Grand Auditoire

Prévente / Vorverkauf

20 € (+ FRAIS/VVK-GEBUHREN)

Caisse du soir /
Abendkasse

25 €

KULTURPASS: Entrée gratuite / Freier eintritt / Free Entry

Achetez votre ticket aux places de
prévente habituelles ou
directement en ligne.


Roy Hargrove, trumpet
Justin Robinson, alto sax
Sullivan Fortner, piano
Ameen Saleem, bass

Quincy Phillips, drums

One of the best trumpeters to emerge from the 90s, blending Afro-Cuban rhythms inventively with neobop.

AllMusic 

Le pistolero du piston n’a pas fini de surprendre

Libération

Trumpeter Roy Hargrove has firmly established himself as one of his generation's premier players in jazz and beyond.

All About Jazz


Trompettiste emblématique du jazz contemporain, apparu dans le sillage de Wynton Marsalis, Roy Hargrove s’est affirmé très jeune comme un leader doté d’un fort tempérament et ancré dans la tradition de son instrument. Aimé des anciens, admiré par les plus jeunes, il s’exprime avec une énergie communicative et une fougue qui le relient à certains de ses plus illustres prédécesseurs. En 1990, comptant déjà plusieurs séances en sideman à son actif, il signe « Diamond in the Rough », un premier album où se mêlent des musiciens de générations différentes. Initialement influencé par Clifford Brown, son style prolixe est essentiellement tributaire de Freddie Hubbard mais il affirme, au fil du temps, une sonorité de blues qui lui appartiennent en propre. 

En 1991, Hargrove partage la scène du Carnegie Hall avec Sonny Rollins. Parallèlement à sa fréquentation des grandes et des nouvelles gloires du jazz comme Johnny Griffin, Stanley Turrentine, Joe Henderson et Joshua Redman, Hargrove mène un quintet inspiré des petites formations illustres de l’âge d’or du hard bop. Il s’affirme comme l’incarnation d’un certain idéal moderne du trompettiste de jazz. Considéré comme le légataire brillant de la tradition de son instrument, il figure aux côtés de Ray Brown, Phil Woods, Roy Haynes, ou encore Michael Brecker et Herbie Hancock.  De notoriété internationale dans les années 90, il se plonge alors dans des aventures musicales souvent inattendues, notamment dans ses collaborations avec le rappeur Common et la chanteuse Erykah Badu. S’inspirant du renouveau de la musique populaire noire, il a recours au R&B, au funk et au hip-hop et s’érige en prince du « groove », sans pour autant éclipser ses talents de trompettiste.