Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

22.03.2018

20h00
opderschmelz - Grand Auditoire

Prévente / Vorverkauf

15 € (+ FRAIS/VVK-GEBUHREN)

Caisse du soir /
Abendkasse

20 €

KULTURPASS: Entrée gratuite / Freier eintritt / Free Entry

Achetez votre ticket aux places de
prévente habituelles ou
directement en ligne.



Claudia Solal, paroles, compositions, voix

Benjamin Moussay, compositions, piano, Fender Rhodes, claviers, Sensomusic Usine

Claudia Solal a de qui tenir : elle est la fille de Martial Solal. Elle est bilingue, compose et chante en anglais. Les paroles sont poétiques, fantaisistes, surréalistes, étonnantes. Les musiques ne ressemblent à rien, elles semblent nées des amours de la pop et du contemporain. Moussay crée des sons avec divers claviers, les harmonies sont capiteuses. Solal a une voix faite pour la poésie. Elle pourrait être la fille de James Joyce.  –  Michel Contat, TELERAMA


La voix de Claudia est une des plus souples et aériennes qui soit, sans effort apparent et toujours un brin d’ironie qui plane, et les claviers de Benjamin ont autant de timbres variés que la voix qui les excite. – CITIZENJAZZ


Et puis la voix de Claudia Solal, claire, d'un érotisme froid, qui s’aventure avec décision, toute proche et impénétrable. Dire que c’est la grande classe, c’est le moins – la classe oui, mais nue, aiguisée, tranchante comme une vérité. – LES INROCKS


Auteur-compositeur, chanteuse, improvisatrice, enseignante, Claudia Solal estinvitée à de nombreux festivals, et sur des scènes prestigieuses. Ses collaborations sont nombreuses·; on a pu l’entendre en compagnie de Christian Escoudé, Laurent Cugny, Archie Shepp, Jean-Marc Foltz, Thomas Savy. Lee Konitz, Darryl Hall, Rick Margitza, les Frères Moutin ou encore Biréli Lagrène.

Claudia Solal au chant et Benjamin Moussay au piano forment un duo hors format.  Ensemble, ils proposent une musique inattendue aux charmes et à l’extrême sensibilité, pleine d’impressions et de sensations. Des chansons singulières entre rêve et réalité. Un passage secret vers des mondes imaginaires, qui voit les deux musiciens user de tous les sortilèges, standards jazz, poèmes improvisés, chansons pop, compositions personnelles ou effets électroniques dans une totale liberté. Un aboutissement qui a la fraîcheur de l’ébauche

Depuis leur toute première collaboration, en quartet, il s’est écoulé vingt ans. Voilà aujourd’hui 14 ans que Claudia Solal et Benjamin Moussay se produisent en duo, en France et à l’étranger. Après leur premier album “Porridge Days”, paru en 2005 au Chant du Monde (Coup de coeur de l’Académie Charles Cros) puis “Room Service”, écrit avec le quartet Spoonbox, sorti en 2010 chez Abalone Productions (ffff Télérama), leur nouveau projet, Butter in my brain qui paraît chez Abalone / l’Autre Distribution, a été composé entièrement à deux (les textes sont de Claudia) à partir de matériaux improvisés. Des chansons qui explorent leur imaginaire fantasque.

Si Claudia Solal et Benjamin Moussay gardent un profond attachement au jazz, leur véritable terrain d’expression se situe à la croisée de plusieurs chemins : pop, musique électronique, improvisation, musique contemporaine, minimalisme, poésie sonore... Il ne s’agit pour autant pas de fusion entre les styles, mais avant tout d’un désir aventureux de se raconter, à travers un son spécifique, en livrant ce recueil de chansons bruissantes, vives, écervelées, parfois lancinantes ou hallucinatoires, sombres ou lumineuses, urbaines, pluvieuses, cinématographiques.