Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

07.12.2017

20h00
opderschmelz - Grand Auditoire

Prévente / Vorverkauf

20 € (+ FRAIS/VVK-GEBUHREN)

Caisse du soir /
Abendkasse

25 €

KULTURPASS: Entrée gratuite / Freier eintritt / Free Entry

Achetez votre ticket aux places de
prévente habituelles ou
directement en ligne.



Pascal Schumacher, vibes + compositions

Quatuor Adastra

Julien Moquet - violon
Natasia Dugardin - violon
Marion Abeilhou - viola
David Poro - cello

et

Aniela Stoffels - flûte
Avec le soutien de SACEM Luxembourg

Le vibraphoniste Pascal Schumacher est l’un des musiciens les plus réputés et sollicités de la scène jazz luxembourgeoise. Ses enregistrements et ses tournées se multiplient tandis que ses réalisations à la tête des ensembles qu’il a constitués ont obtenu les récompenses les plus enviées. L’appétit musical du vibraphoniste est insatiable, et inaltérable est son besoin de se lancer de nouveaux défis, de sonder de nouveaux champs artistiques. Il travaille également pour le cinéma, le théâtre, le ballet et compose pour des big bands comme pour des ensembles de chambre. Les compositions, les brisures de rythmes, les cellules musicales imbriquées, les climats souvent poétiques, tout concourt à faire dresser l’oreille et à reconnaître une fraîcheur et une originalité réelles dans son approche du vibraphone.

Dix ans après sa toute première apparition au centre culturel opderschmelz le 7 décembre 2007, Pascal Schumacher est heureux de venir présenter son tout dernier opus, intitulé re:songs. Ce projet est le fruit d’une longue réflexion, issue du regard du compositeur sur sa propre production de chansons sans paroles, dont nombre d’entre elles ont été jouées à Dudelange au cours de ces 10 dernières années.

L’enjeu pour Pascal Schumacher: revisiter, repenser et réécrire ces compositions afin de leur offrir un nouvel écrin. C’est donc sous la forme des voces intimae ( voix intimes, nom donné par Sibelius à son Quatuor op.56 ) du quatuor à cordes que les chansons sans paroles revêtent de nouveaux atours, serties par les claviers et les sons électroniques qu’affectionne le compositeur. Le laboratoire musical offert par le quatuor, lieu de « conversation entre les quatre voix d’une même âme » (R. Rolland), donne naissance, chez Pascal Schumacher, à une musique empreinte d’un nouveau souffle, où les textures s’entrecroisent dans des jeux sonores spatialisés, et où musique classique, jazz et minimalisme électronique fusionnent sur le velours des instruments à cordes.

Une belle rétrospective en perspective, que de découvrir / redécouvrir les oeuvres de Pascal Schumacher dans un style musical aussi polymorphe qu’indéfinissable et qui, assurément, ne laisse pas indifférent.