Centre Culture Régional
Dudelange opderschmelz

1a rue du centenaire
L-3475 Dudelange

19.03.2017

17h00
opderschmelz - Grand Auditoire

Prévente / Vorverkauf

15 € (+ FRAIS/VVK-GEBUHREN)

Caisse du soir /
Abendkasse

20 €

KULTURPASS: Entrée gratuite / Freier eintritt / Free Entry

Achetez votre ticket aux places de
prévente habituelles ou
directement en ligne.


Annalena Castagna, piano

Carole Mallinger-Leyers, violon

Yves Tordy, violoncelle

Nos Interprètes - en collaboration avec l'Ecole régionale de Musique de Dudelange

Autour des femmes

Le Trio Dora est né en 2015 d'une rencontre de trois jeunes musiciens luxembourgeois qui partagent la même passion pour la musique de chambre. Travaillant tous à l’Ecole Régionale de Musique de Dudelange, ils se donnent régulièrement rendez-vous le soir après les cours pour découvrir et explorer le répertoire de musique de chambre. De longues sessions de répétitions nocturnes se transforment en un lieu d'échanges artistique et aussi humain. Le « Trio Dora » dédie son nom à sa première oeuvre travaillée, le trio en Do Majeur de la compositrice Dora Pejacevic. Fasciné par la découverte de nouveaux styles et compositeurs, ainsi que passionné des grands chefs d'oeuvres, le répertoire du Trio Dora s'étend du classicisme au 21e siècle. 


Carole Leyers, née en 1984 commence l'étude du violon à l'âge de neuf ans au Conservatoire de Luxembourg auprès de Sandrine Cantoreggi et obtient en 2010 le master en violon au Conservatoire de Liège dans la classe de Philippe Koch. A côté du violon, elle fait son Diplôme de Concert en chant au Conservatoire d'Esch-sur-Alzette dans la classe de Mariette Kemmer. Carole Leyers a enrichi sa formation lors des master classes avec entre autres Véronique Bogearts, Jerrold Rubenstein, 

Yuri Braginsky et Philippe Graffin et remporte en 2007 la médaille d'or et le Prix Sacem du Concours Jeunes Solistes en violon, Après ses études, Carole Leyers se consacre beaucoup aux projets de musique de chambre et acquiert des expériences en tant que soliste, notamment avec l'European Union Wind Orchestra sous la direction de Jan Cober et avec l'OCL sous la direction de Nicolas Brochot. De 2009 à 2010, elle fait partie de l'European Union Youth Orchestra. Cette expérience va l'emmener à travers toute l'Europe jusqu'à Shanghai sous la direction de Vladimir Ashkenazy et Andrew Litton. Actuellement elle fait partie de l'Orchestre de Chambre du Luxembourg et travaille comme chargée de cours à l'école de musique de Dudelange. 


Annalena Castagna commence l'étude du piano à l'âge de 9 ans à l'école de musique de Dudelange avec Odette Roman et Paulina Kostrzewa. En 2006 elle entre dans la classe de piano de Mme Béatrice Rauchs au Conservatoire de Luxembourg. En 2010, elle obtient le Diplôme Supérieur en piano et le Prix Spécial de la Donation Victor et Marianne Fenigstein au Luxembourg. Elève de Jean-Claude Vanden Eynden et Eliane Reyes au Conservatoire Royal de Bruxelles, elle fait son master en piano avec distinction en 2014. Des masterclass avec des pianistes comme Edith Fischer, Daniel Blumenthal, Maurizio Moretti, Gabriel Tacchino et d'autres ont enrichi sa formation. Elle se produit régulièrement en solo ou encore avec diverses formations de musique de chambre. Depuis 2012 elle travaille comme chargée de cours à l'école de musique de Dudelange. 


Yves Tordy Né en 1992 au Luxembourg, Yves Tordy a commencé le violoncelle à l'âge de neuf ans au sein de l'école de musique de Dudelange. En 2008, il entre dans la classe de violoncelle de M. Jean Halsdorf au Conservatoire d'Esch-sur-Alzette où il fera son 1er prix . Depuis 2009 il travaille également avec Prof. Mirel Iancovici au Conservatoire de Maastricht pour préparer ses études supérieures qu'il commence en 2011 et lui apporte un Bachelier en violoncelle jusqu'à présent.Depuis 2011, il est aussi élève de M. Claude Giampellegrini au Conservaoire de la Ville de Luxembourg.Pour le moment, il prépare le Diplôme de Concert. 

A côté des ses études, Yves Tordy a perfectionné ses connaissances avec de nombreuses Masterclass entre autres avec Mirel Iancovici, David Cohen, David Grigorian et Daniel Müller-Schott.
Il s'est également produit avec différents orchestres de jeunes qui lui ont permis de jouer sur diverses scènes de concert en Europe ainsi qu'en Afrique du Sud. Actuellement il joue régulièrement avec l'orchestre de chambre « Estro Armonico ».
Depuis 2013 Yves Tordy travaille comme chargé de cours à l'école de musique de Dudelange.

Dora Pejacevic - Trio à clavier en Do Majeur (36’) 

Elfrida Andrée - Trio à clavier no.2 en sol mineur (26’) 

Clara Schumann - Trio à clavier en sol mineur (29’) 


Avec ce programme nous mettons à l’honneur les femmes compositrices. Certaines plus connues, d’autres moins. Mais toutes les quatre vivaient avec les contraintes de leur temps, de leur époque mais surtout avec les contraintes du fait d’être des femmes. Que ce soit en tant qu’aristocrate modeste, en tant que féministe engagée, en tant que ‘sœur de’, ou en tant qu’’épouse de’, ces quatre femmes ont marqué et changé l’histoire de la musique. 


Dora Pejacevic (1885 – 1923) 

Dora Pejacevic est la première compositrice croate de l’histoire. Ses parents viennent tous les deux de la noblesse, mais Dora n’a jamais vraiment trouvé sa place dans cette vie aristocrate et même après sa mort, elle refusait d’être enterrée dans le mausolée familial mais voulait être enterrée comme une citoyenne ordinaire. Elle a commencé ses études musicales très tôt et bien qu’elle ait eu des cours privés tout au long de sa jeunesse, on la considère plutôt comme autodidacte. Elle a composé sa première pièce à l’âge de douze ans. 

Durant sa vie, ses œuvres sont fréquemment jouées, non seulement en Croatie, mais aussi à l'étranger. Son langage musical romantique tardif, enrichi d'harmonies impressionnistes, d'éléments de style expressionniste et de couleurs orchestrales somptueuses, font de Dora Peja•evi• une véritable enfant de l’Art Nouveau. Dora Peja•evi• laisse 58 œuvres dont la plupart n’ont pas encore été ni publiées, ni enregistrées. 


Elfrida Andrée (1841 – 1929) 

Elfrida Andrée est née en Suède en 1841.Très tôt elle dévoile son talent extraordinaire pour l’orgue et est admise au Conservatoire de Stockholm comme étudiante en musique ,mais l’admission dans la classe d’orgue lui a été refusée, comme celle-ci n’était accessible qu’aux hommes. Néanmoins elle réussit en 1857 avec beaucoup de talent et d’acharnement l’examen de certification pour organistes en tant que première femme et en plus en tant que plus jeune étudiant de tous les temps. Mais comme elle était trop jeune pour travailler à temps plein, elle décide de poursuivre des cours de composition, lesquelles elle terminera en 1960. Alors qu’elle cherche du travail, une loi interdit toujours aux femmes d’être engagées en tant qu’organistes en Suède. Ensemble avec son père elle va se battre contre cette loi, et au cours de cette même année cette loi va être modifiée. Au fil de sa carrière Elfrida Andrée est devenue une des figures emblématiques de la vie musicale suédoise. Dû à son statut qu’elle acquiert grâce au poste de chantre à la cathédrale de Göteborg, elle ne se trouvait jamais dans l’obligation de composer par manque de moyens financiers, et n’a pas non plus dû se marier pour subvenir à ses besoins. Bien que Elfrida Andrée a composé beaucoup de musique pour la liturgie, on peut trouver chez elle des formes de composition plus petites comme des mélodies en suédois ainsi que des grandes compositions symphoniques. Le deuxième trio à clavier, écrit en 1884, est l’avant dernière pièce de musique de chambre d’Elfrida Andrée. Bien que très peu de ses plus de cent compositions ont été publiées de son vivant, ce qui a été le sort de beaucoup de compositrices, encore d’avantage sont tombés dans l’oubli depuis sa mort en 1929.Au cours de sa vie, Elfrida Andrée a toujours essayé de promouvoir l’égalité des sexes, et n’a jamais laissé passer une opportunité pour faire connaitre son opinion en public. 

Clara Schumann-Wieck (1819 – 1896) 

Clara Schumann est née de parents musiciens. Après le divorce de ses parents quand elle a 5 ans, elle va vivre avec son père qui va faire d’elle une concertiste prodige dès l’âge de neuf ans. Robert Schumann, le futur époux de Clara, l’entend jouer pour la première fois en 1828 alors que celle-ci n’a que huit ans. Cette audition l’a impressionné si profondément, qu’il va demander l’autorisation à sa mère d’arrêter ses études de droit, pour pouvoir aller étudier le piano avec le père de Clara. Pendant les dix années qui suivent, Clara devient une artiste célébrée. Et le lien qu’elle va tisser avec Robert va devenir de plus en plus fort. Quand Clara a 18 ans, Robert la demande en mariage. Elle accepte volontiers, mais son père s’oppose vigoureusement à cette union. En 1890 par décision d’un juge ils obtiendront la permission de se marier sans le consentement du père de Clara, et ensemble ils auront huit enfants. C’est elle qui assure le revenu de la famille, en donnant des concerts, et même après la mort de son mari elle subvient elle-même à ses besoins ainsi qu’à ceux de ses enfants. D’autres artistes inséparablement liés à Clara seront le violoniste Joseph Joachim et Johannes Brahms. Mais tout au long de sa vie et même des décennies après sa mort elle est surtout réputée pour son jeu de pianiste, alors que son talent de compositrice vient seulement de gagner en reconnaissance ces denières années.